Party de filles… la St-Valentin

Depuis des années, les vendredis soirs, fidèles à la tradition, c’était soirée de filles… Parfois déprimantes avec une coupe de vin, parfois hilarantes en faisant la tournée des lignes de rencontre: mais jamais ennuyantes! Des soirées de sacoches où nous recherchions l’amour, le plaisir, la légèreté et l’hymne à notre féminité et ses rondeurs! Ardu de trouver exactement chaussure à notre pied… Plus difficile qu’on pense se laisser séduire!

 

De ces soirées,il y aurait sans doute des anecdotes à raconter sans fin mais prenons la dernière St-Valentin. Notre hôtesse nous avait promis une soirée haute en couleurs pour le plaisir de nos sens… un esclave d’un soir! Bon évidemment compte tenu que le dit esclave était son amant nous n’avions pas le droit de « toucher » au delà de certaines limites. Mais il devrait répondre à tous nos caprices, à nos questions. Fascinant tout ce qui nous passait par la tête! Une version adulte moderne du jeu de la bouteille, du moins en attendant que celle-ci soit vide!

 

Première arrivée à titre de coach de séduction. Je ne voulais surtout pas manquer la réaction de son amant. Il fut à la hauteur de mes attentes en termes de tout ce qu’on pouvait lire sur son visage. Un mélange de surprise, incompréhension, malaise, timidité. Ce sourire qui semblait vouloir demander: du triolisme? C’était de toute beauté! Et que dire du rouge pulvérisant ses joues quand la porte sonna à  nouveau… J’en roucoulais! Il ne savait toujours pas les détails de la soirée ni du contrat qui l’attendait et nous nous délections de le voir essayer de s’adapter.

 

Nous lui avons dit qu’il était ici pour répondre à nos désirs pour la St Valentin.  Il serait modèle humain pour notre démonstration. C’est la seule information qui lui fut transmise avant de lui demander de faire son choix. Il regarda sa maîtresse dans les yeux, cherchant son accord tacite. Il accepta l’offre en souriant et en ignorant ce qui l’attendait exactement. Je l’installe dans le coin du salon en lui demandant d’enlever ses vêtements, sauf le boxer. Il fige un peu et se laisse gagner par le jeu. Il monte sur le pouf du salon et enlève son linge comme s’il s’apprêtait à nous faire une danse. Je regrettais de ne pas avoir apporter la fameuse pôle vue en boutique… Il n’en fallu pas moins pour que le feu prenne à notre soirée…

 

Nous avions un bel homme sur qui on pouvait tester certains produits. Je sors le gloss pour électriser les baisers et tour à tour on embrasse le mannequin pour tester. Miam miam… une bouche divine… nous regardions notre hôtesse avec envie… J’expliquais les différents produits Shunga toujours à tester sur notre jouet. Des huiles comestibles pour faire des jeux, de la poudre avec un plumeau pour chatouiller, qu’on peut suivre avec la langue et se régaler du corps de notre partenaire. La chandelle fit fureur… on l’allume et après quelques minutes on verse sur le corps pour masser… Notre esclave avait la bouche sèche avec toutes ces mains se promenant sur son corps pour tester le produit. Puis on essaya les lubrifiants… en se gardant de n’utiliser que les mains, enfin on essayait fortement!

 

Le plaisir était grandissant et la maîtresse de maison alla avec lui le décoller dans la douche… et tester le rouge à lèvres à pipe, je suppose! C’était excitant d’essayer de deviner ce qui se passait derrière la porte. Que de gémissements… ouf!

 

Nous avons donc changé le focus en parlant dildo, vibrateurs et petits coco pour la stimulation du clito. Le micro modèle qu’on appelle la bête… la bête à orgasmes pour les clitos adeptes de sensations fortes! Puis je leur montrai le gel stimulant pour elles. Ce mélange euphorique de froid puis de chaud laissant au bas ventre une sensation intense de désir. Même la femme avec le plus grand problème de lubrification avait un effet de vague de fond, un pur délice.

 

Nous étions dans un état avancé de plaisir quand notre esclave revient au salon avec un collier, sa laisse, les menottes et la cage à pénis pour garder le contrôle de ses érections. Dans son costume de dominatrice, elle était divine à ses côtés…

 

Nous avions sortie le jeu kama poker bien décidées à nous amuser. Il ne pouvait que regarder… nous ne pouvions que lui en faire voir de toutes les couleurs. Nous avions modifié la partie ‘strip poker » en défilé de lingerie… la partie « excite » avait lieu sur lui.. et nous avons convenu de mimer avec le ou la partenaire de notre choix la position gagnante…

 

Une soirée mémorable… Qui a dit que ça se devait d’être triste la St-Valentin!

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire